Publications
Nouvelles, poèmes vite faits, chansons, images détournées : ce blog est un fourre-tout.

Thèmes

2010 amis animal art article artiste background belle blog bonne bonsoir brève

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Articles (0)

Rechercher
Recherchez aussi :

Derniers commentaires Articles les plus lus

· Humour triste...
· Chloé triomphe des pièges de la conjugaison
· Bel article de Frédéric Saenen sur le net
· Massacre à Chevaline (Haute-Savoie)
· Bienvenue au Qatar !

· Un Phénix
· Vallejo dans L'Iresuthe
· Tirade
· Dimanche Ouest-France
· Quatrain guère civil...
· orze
· Rascar Capac
· Béatrice Limon dans "Ouest France"
· Zadigue
· DSK Rondeau

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· alisee-histoires
· Blog o tobo (E.Chamontin)
· Olivier Texier
· Editions de l'Arbre Vengeur
· Éric Chevillard


Statistiques

Date de création : 22.04.2008
Dernière mise à jour : 26.01.2015
940articles


Diderot parle de Charlie

Publié le 26/01/2015 à 09:56 par jlbailly

Les ventes du Traité sur la tolérance de Voltaire se sont, paraît-il, envolées avec l’affaire Charlie. On s’en réjouit, évidemment. J’aimerais quant à moi proposer un autre petit texte de la même époque : L’Entretien avec la Maréchale, de Diderot. Que lit-on dans ce savoureux dialogue ? La discussion matinale de Diderot et de l’épouse du Maréchal de Broglie (sans doute) à propos de sujets à l’époque si brûlants qu’ils pouvaient encore vous envoyer au bûcher.

Diderot y proclame dès les premières lignes son athéisme radical, devant une Maréchale dévote (mais ravie d’être choquée). Les propos de Diderot sont sans ambiguïté : Dieu n’existe pas, il n’y a pas de vie après la mort, tout est matière, les fondements religieux de la morale sont une sottise – au contraire, la morale religieuse nous étouffe, etc. Il est question du sacrilège, et de bonnes chrétiennes qui dévoilent un peu trop généreusement leur gorge, même à l’église, donnant l’exemple public d’une contradiction entre la morale proclamée et la pratique qu’on en a.

On lit aussi dans ce dialogue une magnifique définition de la tolérance : « Je permets à chacun de penser à sa manière, pourvu qu’on me laisse penser à la mienne ». (Dans un autre texte, Diderot donne une autre définition de la tolérance, plus profonde : « Nous avons respecté notre image en toi ».)

Mais L’Entretien avec la Maréchale, donne aussi l’exemple, à chaque ligne, d’une tolérance en action : oui, on peut soutenir des opinions radicales, les affirmer avec une grande force, et respecter ceux qui pensent le contraire. Tout au long du dialogue, sans renoncer à rien, Diderot traite son interlocutrice avec respect, humour, galanterie, bonhomie ; pas une fois il ne laisse croire que le débat, même vif, même sur un tel sujet, pourrait consister à blesser l’autre, l’insulter, le mépriser, le choquer, chercher le point sensible pour y retourner le couteau, estimer a priori qu’un adversaire est un crétin. Les deux interlocuteurs se quittent bons amis et si, ce qu’il ne croit nullement, il existe un au-delà, Diderot sera « toujours très flatté de faire sa cour » à la Maréchale.

 

Par où l’on voit que – s’il est vrai que les partisans proclamés de la tolérance font parfois preuve du sectarisme le plus brutal – le XVIIIème siècle a bien des exemples à nous donner encore, que nous soyons croyants, athées, sceptiques, indifférents, ou que nous soyons Charlie.



coup de fouet

Publié le 24/01/2015 à 08:20 par jlbailly

Pépère chez le roi d’Arabie

 

Vous payez des salauds, pourtant je vous estime,

Car leurs assassinats ne sont pas sans effet :

Ma popularité, qui tutoyait l’abîme, 

A connu grâce à eux un sacré coup de fouet.

Massacres

Publié le 22/01/2015 à 07:26 par jlbailly

Ailleurs on précipite, on viole allègrement,

On décapite, on brûle au nom de lois iniques,

Mais il y a plus grave en France, évidemment : 

Nicolas Sarkozy fait de la politique.

Semons la terreur !

Publié le 18/01/2015 à 12:53 par jlbailly

Pour arrêter le crime et répondre à la haine,

Interdisons aux assassins d’être Français :

Ils vont avoir grand peur ! Tels que je les connais, 

Ça leur fera beaucoup de peine. 

Des farceurs

Publié le 16/01/2015 à 10:52 par jlbailly

Grands blagueurs s’il en fut, jusques au requiem,

Les assassins d’Hervé avaient piégé sa tombe

Et farci ses tronçons d’une espèce de bombe, 

L’enrôlant dans les rangs d’un jihad post mortem.

Art poétique

Publié le 15/01/2015 à 11:28 par jlbailly

Pondre ses quatre vers, ça n’a rien de fortiche :

Regardons simplement la presse du matin.

« Déradicaliser » nous donne un hémistiche, 

« Il vous reste un Charlie ? » complète le quatrain.

Les lendemains

Publié le 14/01/2015 à 11:15 par jlbailly

C’était pourtant un joli mot,
Je le croyais, la tolérance.
Mais, même après Charlie-Hebdo,
Plus que jamais la Toile est rance.

Les bouffeurs de curés vomissent
Sur un bon Dieu qui n’en peut mais,
D’autres leur crucifix brandissent,
Aucun n’écoute, aucun, jamais.

Sur les cadavres encor tièdes,
On s’étripaille allègrement,
Et la Nuance appelle à l’aide :
Chacun hurle, exagère, ment.
 

Quand par millions on défilait,
Qu’on rêvait d’une noble France,
Sur Facebook, qui le savait ?
Agonisait la Tolérance.

Bout de chou

Publié le 10/01/2015 à 15:41 par jlbailly

"Une fillette de dix ans tue une vingtaine de personnes en se faisant exploser sur un marché au Nigéria."

 

C’est trop mignon : voyez ce petit bout de chou,
Qui se fait exploser sur un marché, et tue !
Que l’on n’objecte pas sa tendre vie perdue :
Elle n’aurait été qu’une femme, après tout.

Nostalgie

Publié le 10/01/2015 à 09:35 par jlbailly

La femme la plus recherchée

De France fut jadis Bardot ;

Vint ensuite Sophie Marceau. 

Aujourd’hui Boumedienne est un peu plus voilée.

Un crétin

Publié le 08/01/2015 à 10:35 par jlbailly

        Un crétin 

Il a ramassé sa chaussure
Pour ne pas être identifié,
Mais a laissé dans la voiture
Une carte d'identité.

A voir sur ce blog :plainte jean-louis bailly

DERNIERS ARTICLES :
coup de fouet
Pépère chez le roi d’Arabie   Vous payez des salauds, pourtant je vous estime, Car leurs assassinats ne sont pas sans effet : Ma popularité, qui tutoyait l’abîme,  A conn
Massacres
Ailleurs on précipite, on viole allègrement, On décapite, on brûle au nom de lois iniques, Mais il y a plus grave en France, évidemment :  Nicolas Sarkozy fait de la poli
Semons la terreur !
Pour arrêter le crime et répondre à la haine, Interdisons aux assassins d’être Français : Ils vont avoir grand peur ! Tels que je les connais,  Ça leur fera beaucoup de p
Des farceurs
Grands blagueurs s’il en fut, jusques au requiem, Les assassins d’Hervé avaient piégé sa tombe Et farci ses tronçons d’une espèce de bombe,  L’enrôlant dans les rangs d’u
Art poétique
Pondre ses quatre vers, ça n’a rien de fortiche : Regardons simplement la presse du matin. « Déradicaliser » nous donne un hémistiche,  « Il vous reste un Charlie ? » com
forum