Publications
Nouvelles, poèmes vite faits, chansons, images détournées : ce blog est un fourre-tout.

Thèmes

amour artiste bonsoir brève carte chiens citation coeur dieu divers enfant femme

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Articles (0)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Massacre à Chevaline (Haute-Savoie)
· Humour triste...
· Bel article de Frédéric Saenen sur le net
· Bienvenue au Qatar !
· Un Phénix

· Chloé triomphe des pièges de la conjugaison
· Tirade
· Dimanche Ouest-France
· Vallejo dans L'Iresuthe
· Quatrain guère civil...
· orze
· Zadigue
· DSK Rondeau
· Auto-épigramme
· La meringue électorale

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· alisee-histoires
· Blog o tobo (E.Chamontin)
· Olivier Texier
· Editions de l'Arbre Vengeur
· Éric Chevillard


Statistiques

Date de création : 22.04.2008
Dernière mise à jour : 28.09.2014
847articles


Brassens, reviens !

Publié le 28/09/2014 à 10:05 par jlbailly

           Manif bretonne à Nantes

 

Que n’ai-je eu la vertu d’apprendre sur le tard

À dominer la cornemuse nasillarde,

Le biniou son cousin, et ses frères braillards !

Au sein de la manif, jouer à la bombarde 

« Les imbécil’s heureux qui sont nés quelque part »…



La Fontaine

Publié le 26/09/2014 à 11:38 par jlbailly

Si dans deux ans et plus, si dans deux ans ou moins,
D’un duel au sommet vous êtes les témoins,
Entre un petit teigneux assoiffé de revanche
Et cette blonde épaisse amie de la peau blanche :

Comme moi, les amis, relisez La Fontaine ;
Dans "Les Grenouilles qui demandent une reine",
Vous ne trouverez pas de quoi vous rassurer,
Non plus que dans "Le Loup redevenu Berger".

 

 

Bashing

Publié le 25/09/2014 à 11:15 par jlbailly

Hollande pour Morelle est donc un enfoiré,

Pour Valérie un lâche, un menteur pour Cécile,

Et pour Fabius jadis un parfait imbécile :

Nous allons finir par l'aimer.

 

 

Coutelas

Publié le 25/09/2014 à 11:13 par jlbailly

Aurait-on pu penser que la sanglante Veuve,

Dressant ses bras hideux dans la cour des prisons,

Nous semblerait un jour presque être une idée neuve,

Et comme l'étendard des civilisations ?

 

 

Écœurement

Publié le 24/09/2014 à 21:52 par jlbailly

On n’entend que le mot : « barbare »

Pour parler de ces barbus fous

Dont le seul regard nous effare :

Ce mot de barbare est trop doux.

 

Puisses-tu, marcheur pacifique,

Ayant d’Allah le sauf-conduit,

Hanter cette brute sadique,

Et l’égorgeter chaque nuit.

 

Au lieu des vierges attendues,

Puisse-t-il, lui, mort comme un chien,

Connaître les bêtes cornues

Qui viendront l’enfiler sans fin.

 

 

 

 

Comité d'accueil

Publié le 24/09/2014 à 11:41 par jlbailly

L'un fut surpris, l'autre soufflé, l'autre ébaubi :
A-t-on jamais rêvé d'une blague pareille ?
Quand les joyeux barbus se posaient à Marseille,
Le comité d'accueil attendait à Paris.

Anniversaire

Publié le 23/09/2014 à 11:46 par jlbailly
Anniversaire

23 septembre : 101 ème anniversaire de la traversée de la Méditerranée par Guynemer. Hommage.

Pilotes

Publié le 21/09/2014 à 10:48 par jlbailly

Dix mille euros par mois, non, ce n’est pas trop cher :

Le check in, le jet lag, tout cela nous épuise.

On aimerait parfois fermer l’œil à sa guise, 

Mais il faut s’occuper de l’hôtesse de l’air.

Le retour !

Publié le 20/09/2014 à 10:20 par jlbailly

- Puisque tous les Français m’appellent au secours, 

Me voici. De la gauche allons chasser la peste !

- Mais nous n’entendons rien, et ne sommes pas sourds...

           - Ah ? J’avais cru. Tant pis, je reste !

 

C'est pas facile

Publié le 19/09/2014 à 10:55 par jlbailly

D’une anaphore l’autre.

 

La vie ne serait plus que rose ni que chant, 
Nous promettait jadis la fameuse anaphore. 
Élu, le candidat n’est certes pas méchant, 
Mais il s’en faut de loin que l’on espère encore.

 

L’anaphore à présent a changé son slogan ;
Moins de fanfaronnade et de promesse habile. 
L’homme accablé, si loin du candidat fringant, 
Le reconnaît : Moi Président - c’est pas facile.

 

 


DERNIERS ARTICLES :
Brassens, reviens !
           Manif bretonne à Nantes   Que n’ai-je eu la vertu d’apprendre sur le tard À dominer la cornemuse nasillarde, Le biniou son cousin, et ses frères braillards ! A
La Fontaine
Si dans deux ans et plus, si dans deux ans ou moins, D’un duel au sommet vous êtes les témoins, Entre un petit teigneux assoiffé de revanche Et cette blonde épaisse amie
Bashing
Hollande pour Morelle est donc un enfoiré, Pour Valérie un lâche, un menteur pour Cécile, Et pour Fabius jadis un parfait imbécile : Nous allons finir par l'aimer.    
Coutelas
Aurait-on pu penser que la sanglante Veuve, Dressant ses bras hideux dans la cour des prisons, Nous semblerait un jour presque être une idée neuve, Et comme l'étendard de
Écœurement
On n’entend que le mot : « barbare » Pour parler de ces barbus fous Dont le seul regard nous effare : Ce mot de barbare est trop doux.   Puisses-tu, marcheur pacifique, A
forum